[./ville.html]
[./lieux.html]
[./parc_masoala.html]
[./nosy_mangabe.html]
[./infos_conseils.html]
[./voyage.html]
[./hotels.html]
[./plan.html]
[./contact_liens.html]
[http://www.lmsoft.com/PowerByMindscapeFR]
[./maroantsetra.html]
[./baleine.html]
[./galerie0.html]
[./jungle.html]
[./benyovzsky.html]
[http://www.benyovszky.hu/]
[http://fr.wikisource.org/wiki/Un_Empereur_de_Madagascar_au_XVIIIe_si%C3%A8cle_:_Benyowszky]
[Web Creator] [LMSOFT]
Le Baron Benyovszky
                Mais qui était donc Benyovszky ? Connu dans le monde entier et dont l'histoire ressemble à un roman tant les récits mentionnés dans ses Mémoires paraissent invraisemblables.

                Le Baron Maurice-Auguste de Benyovszky, d'origine polono-hongroise passa sa jeunesse en Pologne. Combattant pour la liberté de la Pologne, il est arrêté par les Russes et exilé au Kamtchatka. Il s'évada et après une série d'aventures extraordinaires passa par Madagascar et se rendit en France

                Le dernier chef du gouvernement du règne de Louis XV, le duc d’Aguillon, écouta ses projets de créer à Madagascar un vaste établissement de commerce.  Il obtint du roi de France le titre de "Commandant en l'Ile de Madagascar", quitta Lorient à la tête d’une expédition importante en 1773 et fonda Louisbourg, la Maroantsetra actuelle le 15 février 1774. 

Il décida de changer le nom du port-Choiseul en port Boynes et l'île Maroce (actuelle Nosy Mangabe) devint l'île d'Aguillon. Il établit sa colonie Louisbourg (Maroantsetra)  le long des deux côtés de la rivière Tinguebale ou Tanguebale (actuelle Antainambalana).

                Le premier souci du baron fut d’attirer à lui la population et il passa avec les chefs locaux des contrats d’amitié et de commerce. Puis Benyowsky aménagea et développa la ville et le port, entreprit des travaux d’assèchement dans les environs, construisit des routes, un hôpital, créa un jardin d’essai,  des postes dans la campagne et fit explorer la région qu’il mit en valeur tout en développant le commerce. Malheureusement, alors que Louisbourg était en pleine prospérité, après plusieurs années, son chef commença à être critiqué et même calomnié par l’Ile de France (actuelle Ile Maurice) qui croyait y voir l’amorce d’une concurrence ombrageuse. Suite à une commission d’enquête venue spécialement de France, mécontent,  mais non pas disgracié et ayant perdu son fils unique, Benyowsky, demanda à regagner la France en 1777.  

                En dépit de l'enquête défavorable, il est bien reçu à la cour de Versailles. Le nouveau roi Louis XVI lui décerna la croix de Saint-Louis et une épée d’honneur pour services rendus au pays, mais refusa d’écouter ses propositions concernant la création d’un protectorat français, dont il serait le chef. 

                Benyowsky essaya alors de vendre ses services auprès de l'Autriche, de l'Angleterre, puis auprès des Etats-Unis. Ces derniers lui offrirent un navire et quelques matériels. Il revint clandestinement dans la Grande Ile, à Louisbourg en 1785 avec une quinzaine de compagnons. Considéré cependant comme rebelle par le gouverneur de l’Ile de France (Ile Maurice actuelle) qui avait appris son retour à Madagascar, celui-ci dépêcha aussitôt un détachement armé pour l’arrêter.

                
Avant que le Baron Auguste de Benyovszky n'arrive,  les portugais et hollandais étaient les plus grands visiteurs de la région. Cependant, les Européens ne parvenaient pas à maintenir une colonie permanente à Madagascar.
Se trouvant dans la région du Cap-Est, au Fort d'Anosibe, prévenu, Benyowsky aurait pu facilement s’enfuir et se réfugier parmi les peuplades de l’intérieur. Il préféra rester et fût tué d’une décharge de mousqueterie  en pleine poitrine le 24 mai 1786. Benyovszky apparaît donc comme un rebelle...ou un héros précurseur de la lutte pour l'indépendance.

                En 2003, après une absence de 217 ans, une délégation hongroise est venue remettre une stèle commémorant le souvenir de Benyovszky, stèle dont l'original se trouve à Budapest.

Pour en savoir plus:

Site officiel hongrois
Wikipédia